Le jour où je n'ai pas pu plonger
  • Éditeur québécois

Le 24 juillet 2002 restera à jamais gravé dans la tête et le coeur de Sylvie Bernier. Ce jour-là, son neveu Raphaël, cinq ans, s’est noyé sous ses yeux lors d’une randonnée familiale en canot sur la rivière Nouvelle, en Gaspésie. Un remous a fait chavirer l’embarcation et le petit Raphaël est demeuré coincé sous le canot, à deux mètres de profondeur. Par une cruelle ironie du sort, la plongeuse la plus célèbre du Québec, Sylvie Bernier, n’a pu le secourir. La championne olympique a longtemps porté en elle ce deuil terrible, oscillant entre chagrin,
détresse et colère. Elle était habitée par surcroît par la culpabilité de ne pas avoir plongé pour tenter de dégager son neveu, même si tous les experts confirment qu’elle aurait alors été avalée à son tour par ce vortex et n’aurait assurément pas survécu.
Dans ce récit inspirant, Sylvie Bernier raconte comment elle a enfin surmonté cette souffrance, depuis le chemin de Compostelle, étape essentielle de sa guérison, jusqu’à son engagement à titre de marraine d’honneur de Nager pour survivre, de la Société de sauvetage,
un programme destiné à apprendre aux enfants les habiletés
nécessaires pour survivre à une chute en eau profonde.

Table des matières

Table des matières
Couverture avant 1
Crédits 6
Dédicace 7
Prologue 9
« Eau secours » ou un cauchemar éveillé 19
Ibiza : la main tendued’une amie 43
Apprendre à vivresans Raphaël 59
Revivre le dramedevant le coroner 73
Escapade à Las Vegas 85
Raphaël, l’étoile filante 97
Un voyage d’éveil 105
Compostelle, enfin ! 121
Un tournage richeen émotions 143
Il faut que ça change 149
Mon amour renouvelépour la Gaspésie 159
Nager pour survivre 163
Merci, Raphaël ! 179
Remerciements 187
Table des matières 189
Couverture arrière 190