Dix petits hommes blancs
  • Éditeur québécois

Au cœur d’un printemps parisien tardif, le frêle cadavre de Vincent Guyon est trouvé nu devant la résidence de son père, un riche banquier. Pour éviter le salissage de la réputation de son fils – et surtout de la sienne ! –, l’homme d’affaires, qui réside dans le Ier arrondissement, fait jouer ses contacts pour que la DGSI, plus discrète que la Police judiciaire, soit chargée de l’enquête.
Or, face à la pression médiatique, Gonzague Leclercq, à qui la tâche a été confiée, doit vite la céder à la PJ. Il pourra cependant poursuivre officieusement ses recherches, mais avec un seul homme et un budget ridicule ! Il s’entoure donc de consultants non rémunérés comme son ami Théberge – l’autre Gonzague –, en vacances dans la ville lumière, et Victor Prose, l’écrivain dont les théories littéraires tissent des parallèles entre les mécanismes de la narration fictionnelle et ceux de crimes bien réels.
Quand, à la suite de la découverte de deux corps de petit gabarit dans le IIe arrondissement puis de trois autres dans le IIIe, l’opinion publique s’embrase sur les réseaux sociaux, l’équipe de Leclercq – pas plus avancée que la PJ – sait néanmoins qu’elle doit avant tout répondre à une question primordiale : quelle histoire raconte-t-on à travers ces crimes sordides et, surtout, qui en est le narrateur ?